Naïve. Et une annonce !

En ce vendredi de Pâques, j’ai eu envie d’écrire un peu sur la naïveté. Quel rapport entre eux ? Simplement, que la mise à mort de Jésus m’a toujours semblé un acte de grande naïveté… je m’explique avant d’être traitée d’hérétique !

Bien entendu son procès, sa torture… sont loin d’être des actes naïfs, puisqu’au contraire, se sont de lourds et savant calculs et stratèges qui ont permis d’en arriver là. Par contre, ce que je retiens de pur et enfantin dans cette histoire mythique, reste le cri de Jésus, le fameux, « pourquoi m’as-tu abandonné mon Dieu ? » C’est cette phrase que j’ai toujours trouvé énigmatique, qui m’a fait ressentir enfin Jésus comme humain, comme naïf.

Il faut dire que, de sa conception à sa mort, il avait tout pour ne pas y paraitre (humain !) Et c’est à ce moment là, que toute sa sagesse s’envole et que brille cette magnifique naïveté si touchante. Oui, cet être extraordinaire était aussi humain que nous. Cette phrase, si elle peut être vue comme une faiblesse est pour moi une force. La force d’un être incroyable, un être initié qui s’apprête à affronter la mort elle-même, et qui n’est que humain au fond. Cette phrase est essentielle pour nous. Pour nos vies. Pour nos actes. Afin qu’ils puissent passer à une nouvelle dimension, plus élevée.

En tout cas, pour mes actes à moi, que je souhaite expliquer, un peu.

Je connais beaucoup d’artistes phares en France et ailleurs. Des artistes qui réussissent à vivre de leur art. Des artistes 2.0 qui savent manier la com, le marketing… et qui sont au final d’aussi bons businessman qu’artistes. Bref, c’est génial ! Et on attend de nos jours, que chaque artiste fasse de même pour réussir. On attend de moi, que je me lance de la même manière.

Or je ne l’entends pas de cette oreille !

Pour moi, marketing et outils de communication sont des stratagèmes, des calculs manipulateurs pour faire acheter… je n’aime pas qu’on me manipule ou qu’on déploie la vente de force sur moi. Ca ne marche pas, parce que ça m’énerve. Je ne suis pas un porte monnaie sur pattes et je ne veux pas voir d’éventuels acheteurs comme tel. Oui. Je suis naïve.

Naive 2.0 même !

Mais je m’en fou. Je m’en fou car je n’ai jamais voulu faire peser le poids de la réussite sur ma créativité. Mon art est naïf et je l’aime comme cela.

Je n’envoie pas des millions de newsletter afin « d’habituer une clientèle à ma marque », je ne gonfle pas mes prix pour ensuite donner de gigantesques promotions auxquelles les cerveaux ne peuvent dire non.

J’ai appris, à la longue et avec beaucoup de travail sur moi, à me respecter. Cela allait de paire avec les compulsions d’achat avec lesquelles on nous éduque et que j’ai réussi à gérer. Si pour moi j’ai fait ce travail, pourquoi alors utiliser ses données pour faire acheter ? N’est-ce pas paradoxale ? N’est-ce pas troublant de chercher à ce que l’autre obtienne un mieux être alors que nous le manipulons ? « Oui je te promets que tu ira mieux et que tu vas avoir une meilleurs estime de toi même… en attendant, profitons du fait que tu n’en ai pas pour me payer ma nouvelle salle de bain ? »

Bien entendu, et comme dans tous les domaines de la vie, l’équilibre est fin, entre « tout travail mérite salaire » et « trouver le pigeon ».

C’est pourquoi j’ai décidé de créer la boutique sheartswild et de la tenir de façon naïve.

Evidemment, je me suis renseignée pour la faire prospérer… parce que cela m’a effleuré l’esprit plus d’une fois ! Mais je n’arrive pas à me résoudre à utiliser les techniques actuelles. Ce serait comme nourrir le mauvais démon.

Bref. C’est avec un grand sourire que j’ai décidé de ne plus lutter contre moi-même. Contre ma naïveté à conduire cette petite barque qu’est sheartswild à MA façon. On me dit que j’ai du potentiel et que je fous tout en l’air. Et bien tant pis. Je ne renierai pas ce en quoi je crois. Naïve jusqu’au bout.

 

 

Passons à l’annonce 😉

Si je n’ai pas écrit depuis des mois sur le blog, ce n’est pas par manque d’intérêt à l’écriture ou encore, parce que je n’avais plus rien à dire. Au contraire. J’avais tellement à sortir, que je me suis lancée dans la création d’un livre. CA-RRÉ-MENT !

Enfin, il faut savoir que ce n’est qu’un ebook (donc pas d’éditeur) et qu’en fait… il y en aura au moins 4…

Et selon mes petits principes de vie, j’ai décidé de mettre le premier à disposition gratuitement.

Ok mais de quoi ça parle ?

Du féminin. Du sauvage. De la créativité. Oui… forcément ! Mais pour en parler, j’ai voulu utiliser les mythes et les contes de fées dont les sagesses qu’ils véhiculent me passionnent de plus en plus. C’est par la psychanalyse Jungienne que j’aborde ces thèmes, tout en faisant part de ma propre expérience dans ces domaines. En tout cas, dans ce premier tome, de mes découvertes, de ce qui m’est arrivé, AVANT de comprendre tout ce que les reliait.

Dans quel but ?

En découvrant la trame profonde de tous ces évènements, j’ai commencé à saisir le sens de la vie. Son essence. Je n’ai pas la prétention de dire que j’ai tout compris ! Mais il y a deux ou trois pistes que l’on peut suivre, lorsque nous sommes une femme, pour tenter d’appréhender le monde et nous-même de façon différente de celle que le monde nous propose en générale.

Comme une autre façon de voir les choses. Un brin magique. Et oui. Un brin naïve aussi.

En fait, le terme adéquat à ce stade, ne serait plus la naïveté… car celle-ci bénéficie de l’inconscience. Or, agir de façon innocente en pleine conscience, n’est plus si naïve. C’est ce que je décris dans ce livre comme la première étape de l’aventure de l’héroïne qui doit renoncer à sa vision des choses trop innocente. Savoir qu’il existe des dangers et les traverser en connaissance de cause, avec la coeur léger, n’est plus de la naïveté.

Et comme je le disais en tout début, cela m’apparait loin d’être une faiblesse. C’est pourquoi cet ouvrage s’appelle « la quête initiatique de l’héroïne », parce qu’une héroïne est une femme de puissance.

C’est du courage.

Et du courage il nous en faut pour vivre au quotidien avec nos propres valeurs (surtout si la majorité ne les partage pas). Et il m’en faut pour continuer à faire vivre sheartswild comme je l’entends, et à offrir ce livre qui m’a coûter des heures de travail…

Je peux déjà vous révéler que je travaille à rendre rapidement ce petit ouvrage disponible en divers formats. Et je peux également vous dévoiler sa page de couverture :

 

J’espère que vous la trouvez agréable 😉

Je vous souhaite de très bonnes fêtes de Pâques. C’est le moment de l’année où l’oeuf et le lapin sont le symbole de renouveau et surtout d’abondance (le potentiel créateur de l’oeuf et … et bien le lapin, qui a la faculté de multiplier sa descendance !!!) N’hésitez pas à les embrasser pleinement, afin de laisser derrière vous, le temps hivernal du renoncement et du manque.

Belle abondance à vous !