L’ombre : l’égoïsme

Oublie tout ce qu’on t’a appris sur l’égoïsme !

Ne pas vouloir prêter ta poupée à ta cousine à l’âge de 3 ans, n’était pas de l’égoïsme !

… même si tes parents ne t’ont pas épargné la fameuse tirade sur la nécessité de prêter.

Il est important d’en parler, car la jeunesse d’aujourd’hui encore, se fait moraliser dans sa littérature :

 

Or, un autre courant de pensée, appelé parentalité bienveillante, nous pose la question : « Vous dites à votre enfant de bien vouloir prêter ses jouets, ces morceaux qu’il considère comme des bouts de son être, de son corps. Or, vous, prêteriez vous votre mari à une autre femme ? Et Monsieur, prêterait-il son super écran plat 4K à un cousin qu’il ne voit qu’à Noël ? »

Et oui ! Les enfants nous donnent une majestueuse idée de ce qu’est ou non l’égoïsme. C’est instinctuel. Et ils ont raison (comme bien souvent !)

 

Canaan : "Et dans l'eau verte et bleue la voilà ta ...

 

L’Ombre est l’ensemble de toutes les personnalités que nous avons rejetées, de tout ce que nous pensons être des défauts, etc… et j’aime énormément aller fouillé dans la vase pour essayer de mieux comprendre ce qui fait l’humain. C’est pourquoi, j’ai décidé de m’amuser à créer des articles en lien avec ce que nous pouvons trouver dans l’ombre, dans la vase.

Car, après tout, les magnifiques nénuphars y plongent leur racine…

Et l’égoïsme s’y retrouve fréquemment. Mais comme nous en avons tous une mauvais définition, nous ne pouvons pas la transmuter en un atout (en belle fleur de nénuphar) !

Voici une définition plus juste : être égoïste, c’est vouloir que les autres fassent passer nos désirs avant les leurs.

Ainsi, faire passer nos désirs avant ceux des autres n’est pas égoïste. C’est juste normal et sain pour notre équilibre : grâce à cela, nous voyons que nous valons tout autant que l’autre. C’est ce qui participe à l’amour de Soi.

Tenter de faire passer ce comportement pour de l’égoïsme (et nous faire culpabiliser) peut avoir de bien horribles conséquences sur notre estime de nous.

Oui, c’est bien beau sur le papier… mais c’est en l’expérimentant, que nous le comprenons vraiment. En 2018, j’ai bien intégrer la leçon :

  • Il fallait un abri pour nos animaux. J’ai donc discuté avec ma voisine pour trouver un endroit optimal pour nous comme pour elle. Chose faite, on lance les démarches et on commence l’abri.
  • J’étais bien contente de moi : j’avais fait preuve d’altruisme, car j’avais la possibilité de mettre cet abri n’importe où sur mon terrain (c’était mon bon droit mon p’tit Monsieur !)
  • Quelques mois plus tard, notre autre voisin, nous parle aussi d’une construction. Nous discutons ensemble. Il pense la mettre ici. Ok pour nous, c’est une situation qui nous convient parfaitement.
  • Le voisin commence le terrassement et oups… il n’est pas du tout là où il nous en avait parlé. La nouvelle place nous prend de la vue et du soleil (à notre seule zone de plat du terrain où nous sommes quasiment tout le temps !) Une erreur de 12m ou un mensonge ?
  • Le juste retour des choses aurait été d’avoir le même respect dont j’ai fait preuve avec ma voisine… et non ! C’est juste l’inverse ! Je me sens en colère (d’autres évènements parallèles et irrespectueux y contribuèrent : retrouver ses plaques d’amiante dans le jardin n’a pas aidé à m’apaiser, lol !)
  • Dans ce le cas du voisin, j’ai fait preuve d’égoïsme : j’aurai voulu qu’il fasse passer mes besoins (de soleil et de vue) avant les siens (d’espace).

Voilà la belle leçon de ce voisinage. En pensant agir de façon non égoïste avec ma première voisine (et en me sentant satisfaite d’avoir agi ainsi, bravo l’orgueil !) une situation s’est créée pour m’apprendre que l’égoïsme ce n’était pas cela (et Bam! Claque à l’orgueil !) On peut appeler mon comportement de l’altruisme, oui… mais si j’avais décidé de mettre mon abri à un autre endroit, sans en décider avec ma voisine, je n’aurais pas été égoïste pour autant !

Concernant mon voisin, j’aurai pu voir de l’injustice dans son attitude et ronger mon frein pendant des semaines (bon… y’avais quand même un peu de ça, j’suis humaine !) mais je pouvais aussi décider qu’il y avait une raison à tout et que je devais trouver ce que j’avais à apprendre ! Oui, on peut lire de belle définition sur des concepts (j’avais lu la définition de l’égoïsme de Lise Bourdieu, ci-dessus, il y a des années !). Seul le fait de les vivre nous permet réellement d’en saisir la subtilité.

Bref. J’ai cherché ! Devais-je intégrer une notion de respect ? D’attraction ?

Pfff. Rien ne me paraissait juste !

C’est grâce à l’article précédent, que j’ai eu le déclic et enfin tout compris… en trouvant une image de la carte de la Maison Dieu à partager sur le blog, je suis tombée sur l’article d’EdenSaga : « la maison Dieu est la fin de l’égo ». Et en lisant cette phrase, BAM, vision de la cabane de mon voisin. Et en un éclair, je comprends tout. Enfin !

Petite précision : les visions, sont comme des murmures visuels. Il est très facile de les laisser passer sans les capturer. De croire que ce sont des pensées furtives qui ne sont « rien ». Or, tout comme les lapsus, elles ont un sens. Ce n’est pas pour rien qu’elles apparaissent ! Notre banque de données située dans notre inconscient a fait le tri, a choisit cette image, et nous l’a envoyé précisément à ce moment. Freud vous l’aurait bien dit : ce qui émerge a un sens ! A nous de les capturer !

 

Le sable disparaît et on n'en parle pas (vidéo)

 

Quand à cette définition de l’égoïsme, je suis curieuse… Vous parait-elle plus en accord avec les lois de l’Univers que l’ancienne définition ? Est-ce que ça vous parle ? Vous avez connu des situations égoïstes ? Blablatons en commentaire si l’envie vous en dit !