FDC05 – Historique

 

 

 

 Un feu reconnu par les religions ? 

 

Je souhaite partager avec vous, une dernière synchronicité au sujet de mon expérience personnelle avec le feu du coeur. Après quelques mois d’exploration, je me retrouve sur un air de pique-nique avec mes enfants. Nous profitons d’une belle matinée de début d’été ou nous avons décidé de manger au grand air.

Après notre repas, nous avons encore du temps et nous décidons d’aller explorer une petite chapelle qui se trouve dans le parc.

Pour comprendre exactement ce qu’il s’est passé en moi à cet instant, il vous faudra quelques informations supplémentaires. J’ai été baptisée avant ma première année dans la tradition chrétienne protestante. Mes parents ne m’ont jamais éduqué dans une voie religieuse ou même spirituelle. Ce n’est que sur insistance de ma grand-mère, que j’ai finalement choisi de faire ma confirmation après 2 années de catéchisme. C’est là que j’ai pu voir à quel point je ne connaissais absolument rien sur les histoires transmises par la Bible.

Je me suis ensuite totalement désintéressée de ma « tradition chrétienne », n’allant plus qu’aux cérémonies de baptêmes, mariages, enterrements…

Qu’elle fut alors ma surprise en entrant dans cette toute petite chapelle lorsque j’aperçus l’image d’un Christ montrant son coeur en feu !

 

 

Etant finalement assez peu familière de l’imagerie chrétienne (et encore moins de celle catholique) j’étais très impressionnée par cette découverte (bon, ce n’en était pas vraiment une, hein ! ! ! ) D’autant plus que le guide de mon voyage chamanique dont je vous parlais tout au début, ressemblait à Jésus.

Je me suis donc intéressée à la signification de ce symbole chrétien, ce coeur qui saigne et rayonne tout en même temps.

 

 

 

Ce symbole s’appelle le sacré-coeur ! C’est en son nom qu’ont été édifié de magnifiques monuments tels que le Sacré Coeur de Montmartre à Paris, ou la statue de Corcovado à Rio. Peut-être d’ailleurs avez-vous fait immédiatement la relation ! Moi, pas du tout… je ne le connaissais pas !

« Le sacré-coeur est souvent représenté, dans l’art chrétien, sous la forme d’un coeur enflammé brillant d’une lumière divine… » (Wikipédia)

Pour les chrétiens, c’est la représentation de l’amour du Christ pour l’humanité et de son sacrifice d’amour. Le signe de la miséricorde, de la compassion de Jésus pour le monde. Un coeur ouvert pour chaque personne. Un coeur qui a vaincu la peur.

Le feu, quand a lui, symboliserait le pouvoir transformateur.

Nous avons donc un symbole puissant : la transformation par l’amour !

 

 

 

Peu de choses sont évoquées à son sujet dans la Bible… on y parle du coeur mais jamais d’un coeur qui irradie ou qui brûle.

Au XVIIe s, une religieuse de Bourgogne, Sainte Marguerite Marie, fait le témoignage (reconnu par l’Eglise) de 3 apparitions de Jésus. Dans la 2nde, elle décrit « … et de cette sacrée humanité sortait des flammes de toutes parts, mais surtout de son adorable poitrine qui ressemblait à une fournaise … son tout aimant et tout aimable coeur était la source de ces flammes » Jésus lui dit alors « si tu crois, tu verras la puissance de mon coeur ».

Cette imagerie chrétienne est aussi une promesse de Jésus faite à Sainte Marguerite Marie : partout où « cette sainte image serait exposée pour y être honorée, Il (Jésus) répandrait ses grâces et bénédictions. » En quelques siècles, l’effet est fulgurant sur les croyants… l’imagerie se développe et surtout, une fête est créée le 3e vendredi après la pentecôte : la fête du sacré-coeur. Le but de cette journée est de mettre l’attention sur le concept de compassion.

Pour de nombreux chrétiens, il s’agit de se dévouer totalement à l’amour divin.

Quelques papes consacrèrent par la suite des êtres humains (Léon XIII) ou des pays entiers, au nom du sacré-coeur !

Cependant, l’enseignement de l’Eglise ne définit ce coeur-sacré que comme un rayonnement qui n’appartiendrait qu’à Jésus seul… or, si je n’ai pas énormément de connaissances sur la religion catholique, je sais que la vie de Jésus était une invitation. Ne dit-il pas que s’il l’a fait nous pouvons le faire aussi ?

Dans ma vision personnelle, l’accent n’était pas mis sur le coeur de Jésus mais sur le fait que chacun.e d’entre nous avait son propre coeur ardent. Ce que je trouve encore plus puissant : CHACUN(E) de nous aurait alors la possibilité d’activer ce pouvoir transformateur, à l’intérieur.

Le symbole s’anime alors au-delà de toutes croyances et religions !

 

 

 

Bien qu’on ne retrouve pas strictement ce symbole dans d’autres cultures, en Orient, le coeur (hridaya), est également considéré comme source de lumière et de conscience. Dans la tradition des Indes, le chakra du coeur, Anahata, est celui par lequel s’exprime la compassion, l’amour et le pardon.

Pour finir, et plus rarement, on retrouve le symbole du sacré coeur dans l’imagerie de la Vierge Marie et de Marie-Madeleine, dernière preuve si besoin, que ce feu du coeur n’appartient pas uniquement à la figure de Jésus, mais à un concept plus vaste : le Christ en chacun(e).

 

 

<– Jour précédent                                               Retour à l’accueil                                              Jour suivant –>