Une séance hypnotique

Bonjour jolies âmes. J’espère que vous avez-passées un agréable wkd… personnellement, je les trouve agités. De plus en plus agités.

Peut-être le sentez-vous ?

Les choses semblent s’accélérer… les écarts se creuser entre l’amour et la haine.

Nous voyions de plus en plus d’évènements tristes, d’injustices (politiques, économiques) et paradoxalement, éclos de plus en plus de jolis blogs,  boutiques ou stages, de personnes qui nous donnent accès au meilleur de nous-même (je serais comblée de faire partie de la 2e équipe !)

On voit fleurir un peu dans tous les discussions spirituelles, que le doute est une faiblesse dans notre évolution spirituelle. Moi, j’y ai toujours vu ne force.

C’est en commençant par douter de ce qu’on me proposait dans la vie, la société (pour mes enfants surtout) que j’ai commencé à me réveiller. Alors, le doute… et bien, je suis assez pour.

Surtout que cela m’a permis ensuite d’aller plus loin : en voulant tout vérifier par moi-même.

J’ai été attirée par le chamanisme à cause de ma fibre environnementale. Et très vite, j’ai voulu savoir si ça fonctionnait vraiment. J’ai expérimenté et j’ai été convaincu (le mot juste serait même : bluffée !)

Depuis, le doute est un peu mon moteur… tout y passe ! Du végétarisme à l’instruction en famille, des fleurs de Bach à … l’hypnose quantique.

 

 

 

 

J’ai lâché le but de cet article : l’hypnose quantique. Je lis en effet les ouvrages de Dolores Cannon depuis quelques années déjà et à chaque fois je me disais que j’aurai bien voulu être là, participer à cette séance précise, poser telles questions ou simplement voir les imaginaires de la personne hypnotisée.

Etait-ce différent des voyages chamaniques ?

Oui, voilà. Le moteur était enclenché.

J’ai vécu une magnifique séance de QHHT, haute en couleurs (en privé je peux vous donner les coordonnées de l’adorable praticienne : mailez-moi sur fanny@sheartswild.com).

Au cours de cette séance, il a été question notamment de ma « discrétion »…

Pendant des années, je n’ai jamais avoué que je faisais des expériences sur l’invisible. Je gardais vraiment ça pour moi, simplement parce que personne dans mon entourage n’était branché ésotérique et aussi parce que je voulais entrer au CNRS (2 mondes non conciliables). Quand j’ai commencé mes formations, ce n’était pas pour les exploiter en dehors de mon champ personnel. Je n’y pensais absolument pas !

C’était mon petit secret.

Or cette connexion aux mondes énergétique s’est amplifiée. Je l’ai abordé aussi scientifiquement que possible, histoire de ne pas perdre pied. J’expérimentais tout ce qui me passait par la tête et surtout : je prenais des notes (on ne renie pas 9 années post-bac en sciences tout comme ça !) Des centaines de pages comme autant de témoignages thanatonauthesques (spécial coucou aux fans de Bernard Werber !)

J’ai suivi (et suis encore) de puissantes initiations. Et pourtant, le désir de me cacher n’a fait qu’augmenter J’acceptais l’appel à partager mes toiles et quelques messages. Je taisais tout le reste.

Cette séance d’hypnose quantique m’aura permis de comprendre pourquoi…

Les vieilles âmes de sorcières qui connurent les temps sombres continuent de se cacher. Comme une habitude, comme un élément de survie.

Je me suis toujours étonnée de voir sur Instagram ou Facebook des comptes de sorcières, de pratiquants wicca, des vendeuses de pierres, de soins. J’avais envie de leur crier d’être beaucoup plus prudents que cela !

Pendant longtemps, sagesse et secret allaient de pair. Rester caché était une question de vie ou de mort.

Une habitude que l’on peut continuer à porter dans les vies d’après…

Et oui. Bien que je proposais déjà des classes, des ebook à visée initiatique, j’évitais d’en parler autour de moi. Un cloisonnement comme une seconde vie parallèle, une autre vie parfaitement détachée de tout cela.

De nombreuses synchronicités (toujours précieusement notées dans mes équivalents de cahiers de labo !) me disaient d’arrêter une telle division. Mais ce n’était pas si simple.

Désormais il est temps.

Temps de réconcilier les mondes.

Temps de sortir de l’ombre.

 

Sans travail, l’ombre peut nous retenir.

 

Mon travail sur l’ombre bat encore son plein comme vous pouvez le voir. Cette séance d’hypnose a été une vraie pierre angulaire à cette plongée dans le plan noir de notre psyché. Mais, ouf, je sens que ça se boucle enfin.

Tout a prit doucement forme dans une classe : le visage quaternaire de la Déesse.

Ah la la cette classe ! Elle m’aura apporté du fil à retordre (j’en parlais déjà dans le post précédent.) ! Au point de devoir désormais apporter une modification…

Je me vois dans l’obligation de la diviser en 4 parties. Et quand je vois ce qu’elle contient déjà, je pense que c’est la meilleure décision à prendre.

Il y a tellement à digérer rien que dans cette première partie !

Je mets tout en oeuvre pour la rendre disponible début avril. Et ça, je vous l’avoue : je le fais autant pour vous que pour moi. Il est vraiment temps que je referme cette porte à titre personnel et que je revois la lumière.

Et pour avoir une petite idée de ce qu’il nous attend, voici la future page de la classe (les liens ne sont pas encore actifs, merci de votre compréhension).

 

Je vous embrasse jolies âmes,

et je vous souhaite d’irradier au maximum

durant toute cette semaine !

 

Avec tout mon amour.

Fanny