La sauvage JOUR 1

 

Bienvenue dans cette première journée !

Et commençons par une première définition de la femme sauvage, qui pourrait être celle-ci : la femme sauvage est un archétype.

Si vous n’avez pas de diplôme en psycho, vous n’avez peut-être jamais entendu ce dernier mot ! Alors, avant d’aller plus loin, arrêtons-nous d’abord sur ce qu’est un archétype.

Dans ce mot, nous reconnaissons le radical « type ». Facile ! Cela a un rapport avec des catégories (= qui contiennent un ensemble de caractéristiques spécifiques). Le préfixe « arché », tout comme dans « archéologie », s’intéresse au primitif. Voilà donc une première compréhension de ce mot clé : catégories primitives.

 

Les archétypes

Un archétype est bien plus qu’une simple image. C’est un ensemble de comportements, de façons d’être et de paraître qui compose un tout cohérent. Attitudes, agissements, moeurs… s’adaptent tous à un même concept. On peut également parler de type de personnalités.

Et des personnalités, il en existe un nombre limité.

Et tous sont enregistrés dans l’inconscient de tous les êtres humains (d’où le « primitif » de la définition ci-dessus !) C’est à dire, que même si vous ne connaissez pas un archétype « personnellement » (c’est à dire dans votre entourage) à l’évocation de quelques uns de ses symboles, vous le trouvez familier. Rien que son nom d’ailleurs vous permet de le saisir parfaitement. Cela fait partie de notre vocabulaire de base en tant qu’humain.

L’archétype est donc un modèle et il existe de nombreux modèles féminins comme la princesse délicate (Blanche-Neige), la fée du logis (Breee Van de Kamps ou Héra l’épouse de Zeus), le femme-enfant, la femme fatale (Betty Boop), la guerrière (les amazones, la super héroïne comme Wonder Woman), la mère, la femme sacrifiée (Cendrillon), la professeure, la prêtresse…

 

A votre avis, quel archétype se cache dans cette toile ?

 

L’évolution des archétypes dans une vie

Très tôt nous allons choisir de nous comporter de telle ou telle manière, pour entrer en résonance avec un de ces modèles. Puis, nous allons en préférer d’autres…

  • Au début, la fillette va principalement choisir le même archétype que celui de sa mère, mais au fur et à mesure de sa vie, son identité va subir l’influence de la société environnante, de la culture et surtout de l’éducation.
  • Les filles alors plus âgées vont adopter un archétype proche de leur vérité intérieure, ou au contraire, celle jugée le plus exacte par son cadre de vie.
  • En vieillissant elle peut subitement rejeter ce dernier en adoptant par exemple l’archétype de la rebelle ou de la guérrière pour s’opposer à toute autorité et vivre une vie plus indépendante.
  • Souvent à l’adolescence, la jeune-fille va adopter un modèle à l’opposé de celui de sa mère.

Ce qui est important, c’est de prendre conscience que nous adaptons nos comportements pour entrer au coeur de ces modèles. Comme si nous faisions tout pour entrer dans une boîte bien définie.

 

 

L’habit fait-il le moine ?

Ne vous êtes-vous jamais étonnée d’identifier le « type » d’une personne rien qu’en observant ses vêtements ? A chaque archétype sa mode ? Attention… cela peut aussi être trompeur 😉

Bien entendu, nous pouvons avoir conscience de ce genre d’adaptation et le faire délibérément ! Par exemple, nous adapter au style de nos nouveaux collègues, décider d’écouter la même musique qu’une communauté que nous admirons, regarder les mêmes émissions. Bref, nous nous ajustons.

Mais, ce n’est pas toujours le cas !

Si la lumière n’est pas faite sur nos agissements, nous finissons « dévoré » par notre archétype ! Le comprendre permet de ne plus subir son influence, de mieux admettre nos réactions et la façon dont nous comprenons notre rôle dans notre famille et entre amis. Et surtout, d’observer, entre tous ces modèles de vie, notre vérité.

En fait, nous ne sommes pas UNE personnalité. Nous sommes une sommes d’entre elles. Leur combinaison, leur prédominance fait que nous sommes quelqu’un d’unique… et COMPLEXE !

 

Cartes des Archétypes de Caroline Myss

 

 

 

D’après Caroline Myss, nous vivons tous avec les 4 mêmes archétypes qui sont : la prostituée, le saboteur, l’enfant et la victime. Ce sont les 4 archétypes de survie.

Malgré certains de leur nom (prostituée) ils ne sont pas négatifs. En effet, la prostituée nous interroge sur notre intégrité : que sommes-nous prêt à vendre ? Quelle est le niveau de notre moral, notre éthique ?

Parfois cela signifie que nous gardons un emploi uniquement pour le confort lié au salaire (non pas parce que nous nous passionnons par ce que nous faisons) ! Ce n’est pas bien ou mal… simplement, nous savons ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons. Nous comprenons que notre vie est faite de choix, et uniquement de choix (et on remplace définitivement les « je dois le faire » par les « je choisis de le faire … »). Voilà ce qu’enseigne l’archétype de la prostituée !

 

Quels sont vos archétypes ?

Femme fatale, rebelle, auteure, esclave, détective, … parmi la liste des archétypes proposés par Caroline Myss, je vous propose d’en trouver 8 qui vous collent à la peau !

Lorsque ce sera fait, essayer d’imaginer les parties sombres de ces archétypes, mais aussi les parties positives.

Voici des exemples :

La soigneuse sait soigner les autres, ainsi qu’elle-même. Cependant elle peut en faire trop, et décider de soigner sans que personne ne lui demande. Ou pire encore, agir quand il n’y a rien à réparer, par excès de zèle !

Chaque archétype possède deux polarités. La brute qui martyrise dans la cours de récrés, est aussi la brute capable de défendre son pays en guerre, ou bien de chasser pour sa tribu. Il peut décourager, en tant que chef, les risques de violence dans son village. En sa présence, on se sent rassurée.

 

 ➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳

 

Je vous demande de prendre le temps de faire cet exercice avant de passer à la suite. Simplement, parce qu’il est nécessaire de bien comprendre comment fonctionnent les archétypes, POUR SOI-MÊME.

Voici une liste des archétypes, selon Caroline Myss :

L’actrice

La toxicomane

L’alchimiste

L’anarchiste

La vengeuse

La mendiante

La brute

La bureaucrare

La soigneuse

La clown

La compagne

La lâche

L’artiste

La vieille femme

L’escroc

La demoiselle

La détective

La dictatrice

La dilettante

La diplomate

La disciple

La rêveuse

L’évangeliste

La folle

La parieuse

La déesse – La déva

La commère

La guérisseuse

La messagère

L’hermit

L’historienne

L’innovatrice

La juge

La libératrice

L’amoureuse

La martyre

La masochiste

La matriarche

La none

La muse

La mystique

La pelerin

La poetesse

La politicienne

La prédatrice

La prêtresse

La princesse

La prophétesse

La provocatrice

La marionnette

La puritaine

La rebelle

La rédemptrice

La sauveuse

La révolutionnaire

La robot

La sadique

La sage

La samaritaine

La scout

L’auteure

La séductrice

La chercheuse

La voyante

La servante

La chamane

L’acolyte

L’esclave

La gâcheuse

La conteuse

L’étudiante

L’institutrice

La voleuse

La vagabonde

La vampire

La visionnaire

La guerrière

La sorcière

La magicienne

 

Dur de vous limiter à 8 ? C’est possible ! Faites de votre mieux pour en éliminer le plus…

Dur d’arriver jusqu’à 8 ? Parfois, nous ne voulons pas voir, nous n’acceptons pas certains de nos comportements. C’est comme ça, et ce n’est pas grave. A la place, regardez quels archétypes vous rêveriez d’être… quels archétypes vous ne supporteriez pas de devenir…

J’espère que vous vous amuserez de ce petit devoir ! Si la définition d’un archétype particulier vous échappe (mais vraiment, laissez venir à vous vos premières idées, elles sont toujours justes !) nous pouvons en discuter sur le groupe Facebook.

A demain !

 

<– Jour précédent                                                 Retour à l’accueil                                              Jour suivant –>