Super noviiiiice !

Qu’importe le domaine de création dans lequel nous souhaitons nous lancer, les mêmes peurs nous attendent dans l’Ombre, encore et encore.

Lorsque nous prenons conscience de nos blocages, nous arrivons à les repérer de plus en plus vite.

Très bien, j’ai peur de gâcher de la matière première. Comment résoudre ce blocage ? Je peux choisir de ne fabriquer que de toutes petites peintures pour commencer. Ou dans mon cas le plus récent, de tout petits flacons pour créer des synergies d’Huiles Essentielles.

Et je peux déclarer que je m’autorise à totalement gâcher ces minis-roll-on !

Je décide de ne pas réussir à créer quelque chose d’inouïe, mais juste de faire, de « bidouiller » pour explorer.

 

Des petits bouts de rien du tout qui font une image graphique !

 

Mon père avait l’habitude de me dire : « si tu ne sais pas le faire parfaitement alors abstiens-toi ! »

Quel horrible conseil ! A force de l’entendre, j’en étais comme marquée au fer rouge. Et forcément, je l’appliquais dans tout… je n’arrive pas à tricoter ? Je m’abstient ! Je n’arrive pas à cuisiner comme un chef étoilé ? Je m’abstient !

Et puis un jour, j’ai eu des enfants.

Je voulais qu’ils fassent de grandes et belles choses dans la vie, qu’ils ne s’abstiennent jamais de faire ce qu’ils aimeront. Alors, il fallait que je sois là pour leur apprendre…

Et c’est là que ça a fait tilt ! Parce que la peinture, la pâte à modeler, tout ça… c’était franchement moche au final ! Mais avec mes yeux de maman, je les trouvais absolument merveilleux et oui, PARFAITS 😉

Parfaits, parce que c’était là où en était leur savoir-faire. Ce qu’ils faisaient, avec la somme de leur expérience de vie (au départ quasi nulle.)

Ils commençaient et ils en avaient le droit.

D’ailleurs, en leur offrant ce matériel, je m’attendais à devoir en ramasser partout…

Ca m’a heurté en pleine figure !

Pourquoi je ne me donnais pas le droit de commencer quelque chose ? Y-avait-il une date limite sur Soi, comme sur les yaourts, pour nous dire que nous étions périmés d’apprentissage ?

Un point tournant dans notre vie ou nous n’avions plus le droit d’être des débutants ?

 

Non, non, vous avez beau insister… elle n’est pas à vendre 😀 😀

 

Résultat, je me suis autorisée à être une débutante en peinture et vraiment, comme vous pouvez le voir, c’était l’horreur 😉 J’ai toujours été très forte pour dessiner selon modèle… mais je voulais peindre des choses qui n’existaient pas dehors. Voilà donc ce que ça donnait !

Et j’ai gardé ces peintures toutes nulles en souvenir 😉

Ensuite… c’est venu en rafale : je me suis permise de débuter en tricot, en crochet, en couture, en photographie, en huiles essentielles, en cuisine végan, en écriture, en yukulele, en danse, en équitation… J’ai passé tout ce que j’avais toujours voulu faire au crible, et je suis devenue la plus grande débutante du monde !

Je ne savourais plus l’idée même de me voir pro en ces domaines (et de savoir tricoter un pull en 1 semaine !) mais de ce moment de ma vie qui ne durerait pas : je m’y mettais enfin ! C’était dur… surtout à cheval où je me suis ramassée bien des fois (et où j’ai vraiment eu peur !) mais c’était normal, j’étais la petite novice.

Bon, bien entendu, je n’ai pas tout fait d’un coup… ça s’étale sur 10 ans ! Mais vous avez compris le message 😉

Je me suis lancée dans mon imperfection !

Je m’autorisais à être un bébé, une débutante, une super novice, … parce que j’avais compris que ça pouvait être un beau cadeau à se faire à soi.

 

Super noviiiiiiiiiiiice !

Mon super pouvoir ?

Débuter ! 

 

 

Et le résultat fût plus grand que tout ce que j’espérais !

Je connais 5 morceaux de yukulele que je joue parfaitement (dont la vie en rose !), je ne tricote toujours pas de pull mais mes enfants ont de très beaux bonnets pour l’hiver, j’arrive à galoper (à peu près sans hurler) mais surtout, je peins de tout mon coeur !

Et depuis avril, je crée des mélanges d’Huiles Essentielles pour mes petits besoins. Et ils dépassent tout ce que j’avais imaginé : HOURRA !

 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

 

Alors, voici des questions auxquelles je voudrais que vous répondiez par écrit (et non, ce n’est pas optionnel, PAR ECRIT svp !) :

  • qu’est-ce que vous ne vous êtes jamais autorisé à faire et que vous adoreriez déjà savoir-faire ? Faites une liste de tout, même de ce qui vous parait un peu bête !
  • estimez ensuite, depuis quel âge vous désiriez savoir faire chaque point de cette liste ;
  • qu’est-ce qui vous a bloqué à l’époque ?
  • qu’est-ce qui vous bloque aujourd’hui ?

 

Retenu !

 

Souvent, ce qui nous bloque, c’est le temps ou l’argent… en plus de nos peurs. Mais à force de me confronter à tout ce petit monde, j’ai quelques astuces à vous proposer :

 

Conseil n°1 : traverser le ridicule

Pour vos peurs et vos blocages, j’ai créé la mini-classe gratuite Wabi-Sabi. Si vous arrivez à aller jusqu’au bout de cette peinture d’exploration (un peu ridicule, oui oui, j’assume), vous serez paré pour beaucoup d’autres situations !

 

Conseil n°2 : youtube est ton meilleur ami

Pour le reste, je dois bien vouer que oui, ce n’est pas forcément simple de trouver les ressources pour commencer la formation de nos rêves (qui peut aussi se trouver à l’autre bout du monde !) mais nous pouvons trouver des solutions ! Il existe de nombreuses formations en ligne désormais, et youtube regorge de vidéos où des spécialistes nous expliquent TOUT (j’ai regardé des vidéos de sculpture sur bois récemment et de très bonne qualité en plus).

J’ai appris à crocheter de cette façon d’ailleurs : lire un diagramme, faire les différentes brides et un petit napperon qui s’est transformé en attrape rêve 😉

Le top, c’est qu’il y en a pour tous les niveaux ce qui nous permet même d’évoluer.

 

Conseil n°3 : s’inspirer continuellement

Se laisser inspirer par des vidéos, ou des photos de créations de personnes expérimentées dans le domaine qui vous plait, est en soi, un moyen de rester connecter avec ces rêves.

Cherchez l’inspiration, abonnez-vous à des comptes Instagram, Pinterest ou à des newsletter 😉

 

Conseil n°4 : le réflexe récup’

Pour ce qui est de l’argent, mon truc à moi, c’est de demander à ce qu’on ne m’offre rien pour Noël ou anniversaire, et qu’on me donne de l’argent à la place. Alors oui… ça fait très ado retardé ! Mais j’explique en quoi je l’emploierai. Si cela embête les gens, je leur propose alors de me payer une journée de stage en cela, ou un livre là-dessus, ou encore des patrons de couture.

Idem, pour les services rendus ! Je garde les chats de la voisine et arrose ses plantes… je demande en échange quelques pelotes de laine !

On peut aussi faire le tour des couturières professionnelles et offrir de les débarrasser de leurs chutes de tissus…

Naturellement, les copines vont alors venir vers vous pour vous donner des vieux tubes de peinture, des plants de fleurs en trop, une vieille machine à écrire de leur grand-père, …

En tant que débutante, nous n’avons pas besoin du meilleur matériel possible.

Oh bien sûr, notre ego va nous dire le contraire et insister lourdement. Soyez assuré qui si vous lui donnez ce qu’il veut, que vous investissez dans du matériel professionnel cher, vous aurez encore plus de mal à vous lancer.

Vous savez, c’est comme cette magnifique robe que vous avez achetez un jour, ce grand coup de coeur que vous gardez dans le placard pour la sortir à une grande occasion (qui n’est jamais venue !)

Pas besoin d’une étoffe de soie en 3m pour tester la vieille machine à coudre de la mère de ma copine. Une chute de coton basique suffit pour réaliser des mini projets disponibles gratuitement sur le net. Et dès le 3e projet réalisé, vous saurez si vous souhaitez continuer à vous perfectionner là dedans, ou passer à autre chose !

Pour la peinture, je le dis et le redis, faites avec ce que vous avez déjà, ou que vos enfants ont dans leur cartable… il y a déjà de quoi bidouiller. Sachez aussi qu’il y a des pinceaux mousse à 1 ou 2 euros (les poils de martre en pinceau, ne me transformeront pas en Matisse !) et pensez à vos doigts qui font les plus beaux dégradés du monde.

 

Conseil n°5 : enchainez ! 

Lorsque vous vous y mettez enfin, enchainez les projets. J’ai toujours 2 à 5 toiles sur lesquelles je travail en même temps. La première prend tous mes doutes sur elle… à la deuxième, je suis dans le flux et je ne m’inquiète plus de rien.

Je fais pareil en couture. Je me décide à y consacrer un après-midi et j’enchaîne les projets.

 

 

En attendant de lire vos trucs et astuces, à vous, dans les commentaires, je vous souhaite de passez un très agréable jeudi ! Et pourquoi pas de vous organiser un super wkd créatif ?

 

Amour et bénédictions.

Fanny