MDV – ND10 – Sororité

 

 

 

 Échange entre soeurs 

 

Dans cette page, seront ajoutés au fur et à mesure vos témoignages et les photos de vos réalisations. Merci d’avance de faire vivre le clan des soeurs à travers vos partages !

 

Fanny :

 

J’ai abordé ce cycle à mon rythme (peu importe les attentes des autres, ou pire : les miennes !) et cela a nettement dépassé les 28 jours prévus. J’ai compris que ce mois avait une grande importance pour ma propre guérison.

Notamment sur mes menstruations, qui continuent encore d’être compliquées, malgré tout ce que j’ai déjà pu mettre en place.

Je me sens parfois déçue ! J’ai l’impression de ne pas avancer. Et grâce à ce mois, j’ai pu comprendre que cela n’était qu’un nouvel effet de mon égo que je ne connaissais pas encore.

Parfois, il peut intervenir en nous disant que ce que nous faisons ne sert à rien, que ce serait arrangé depuis longtemps sinon. Mais il oublie que la guérison a son propre timing.

Je suis heureuse d’avoir reçu un message… celui que j’ai écris au début de ma peinture intuitive : nos saignements aussi ont la faculté de nous ramener à la maison. Et à la notion de rythme aussi.

On ne peut pas brusquer la guérison de nos blessures ! ! ! ! Surtout quand il s’agit de blessures originelles.

 

La fille sauvage (authentique et donc innocence ?), qui retourne à la maison lors de ses saignements. Carte du Weaver’s oracle de Carolyn Hillier.

 

Quand à la maison, j’imagine qu’il s’agit du même concept exploré dans cet atelier. Mais son accès à l’air de se faire d’une façon très différente !

Nos saignements nous ouvrent à une connexion très profonde avec nos mondes intérieurs, notre inconscient. Elle anime un lien tangible avec l’invisible. Je le ressens en effet à chaque période. Je canalise quasiment en continu !

Et je me demande désormais, que se passerait-il, si nous multiplions saignements et gratitude ?

Si nous éprouvions de la gratitude pour nos menstruations ?

Si nous revisitions nos menstruations avec une totale innocence ?

Si nous pouvions voir la beauté de notre « bon sang » ?

Habiterions-nous constamment notre maison-soi-innocence ?

 

 

 

 

<– Jour précédent                                                 Retour à l’accueil                                              Jour suivant –>