5BA7J – TR02 – Eveil

 

 


CHAPITRE UN : EVEIL ET ACTIVATION

Dans ce chapitre, je vous conseille de travailler avec les alliés suivants :

  • l’oeil de taureau pour les cristaux ;
  • la consoude, la mélisse, la quenouille pour les plantes médicinales ;
  • le bouquetin et l’étoile de mer pour les animaux de pouvoir ;
  • l’ange Eyael.

Lors de votre méditation de recentrage (au début de chaque Jour d’étude) vous pouvez ajouter les Mudra Kubera ; Muladhara ; Shadaja que je vous montre dans cette courte vidéo :

 

 

 

Lien de la video : Mudra 1

 


 Eveiller en douceur 

 

 

De la douceur et de la persévérance 

 

La guérison des blessures de l’âme est un travail intense. Très intense.

Plonger dans le monde des blessures, c’est chercher dans la vase ces émotions que l’on a enfoui, nié parce qu’elles étaient trop fortes à intégrer pour nous à l’époque. Elles ont donc été laissées de côté et risquent de remonter à la surface tout au long de notre étude, et ce, tout aussi fortes qu’avant.

Pour cela, nous cherchons à les aborder avec beaucoup de douceur.

Chaque jour, vous pouvez donc pratiquer la méditation de connexion ventre/coeur (3 respirations dans un sens et dans l’autre), du mantra OM RAM HUM SOYA, du mudra de votre choix ; puis de faire les quelques exercices de libération des cuirasses. 5 min matin et/ou soir vont tout à fait suffire, le but étant la répétition. C’est la persévérance qui va amener le déblocage tant attendu.

 

Accueil émotionnel 

Quand la douleur, la peur ou toute émotion intense s’active, il est essentiel de revenir à notre respiration. Cela apaise directement l’émotion et nous pouvons ensuite examiner ce qui est à l’origine de notre souffrance, quelle blessure en est à l’origine.

Et aussi de voir, si c’est une personne qui en est la cause, que celle-ci a fait ou dit de manière (souvent) non intentionnelle.

En prenant du recul et en comprenant ce qu’il se joue, nous allons pouvoir éprouver de la compassion envers notre enfant blessé et celui de l’autre. On va tout simplement accepter d’avoir vécu cette situation.

Je vous propose de repartir sur la base de la méditation de Thich Nhat Hanh sur l’enfant intérieur que je vous avais présenté dans l’introduction (à retrouver ici). Avant d’aller voir nos douleurs, nous allons passer par une détente du corps puis par la connexion à notre joie (il nous faut d’abord assurer la fondation de la joie avant d’aller voir ce qui nous blesse). En cas de sensation douloureuse, nous y mettons toute notre attention en inspirant et expirant dans la zone du corps qui renferme la sensation. Puis, nous lui offrons notre tendresse sans vouloir la changer. C’est alors que nous pourrons bavarder avec notre blessure.

 

Faites le nombre de respirations nécessaires pour atteindre l’état voulu dans chaque cas :

1. Eveil de la conscience du corps :

 » J’inspire, je suis consciente de mon inspiration ;

– J’expire, je suis consciente de mon expiration. »

2. Relaxation :

 » J’inspire, je suis consciente de tout mon corps ;

– J’expire, je relâche toutes les tensions de mon corps. »

3. Connexion à la joie :

 » J’inspire, je suis consciente de la sensation de joie en moi ;

– J’expire, je souris à la sensation de joie en moi. »

4. Accueil de la sensation douloureuse :

 » J’inspire, je ressens la sensation de souffrance en moi (éventuellement en citant la zone) ;

– J’expire, j’ouvre les bras tendrement à cette sensation de souffrance. »

 

 

Libération des cuirasses

Voici le moment d’éveiller notre corps au travail de guérison que nous allons faire et de poser notre intention dans la matérialité, dans ses tissus !

Il s’agit d’aller réveiller les souvenirs enfuis dans nos organes afin de les faire progresser à notre conscience. J’explique la Méthode de Libération des Cuirasses dans l’introduction (ici, pour vous y référez à nouveau).

Bien souvent, il sera nécessaire de reproduire ces exercices plusieurs fois, tout au long de l’atelier. Les messages détendront progressivement les zones de cuirasses avant d’aller atteindre en profondeur le stockage de certaines mémoires dans certains tissus.

Attention cependant ! Dès la première séance il est possible de faire surgir des émotions (allant de douces à intenses). Ne les retenez pas. Procéder à leur reconnaissance ! Ne cherchez pas non plus à comprendre, interpréter, mentalisme (ce sera pour plus tard)… entrer dans la sensation et libérez-la : simplement si vous ressentez le besoin de pleurer, pleurez ! N’hésitez pas à mettre en pratique ce que vous avez pu apprendre à l’aide de la méditation de l’enfant intérieur ci-dessus 😉

Si des images vous viennent : notes-les. Vous en aurez besoin pour les parties suivantes.

Trouvez un endroit pour réalisez ces quelques mouvements simples, qui vont stimuler les endroits habituels de stockage concernant la blessure de trahison… et surtout profitez de ce moment à prendre soin de votre corps.

(Astuce : si vous avez des difficulté à entrer en relation avec votre corps, n’hésitez pas à reprendre la séance d’EFT de l’introduction avant de commencer).

 

 

VIDEO (en cours de chargement)

 

Lien direct de la vidéo : MLC trahison

Mot de passe : déloger

 

 

 

 

➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳➳

 

 

 

<– Jour précédent                                                 Retour à l’accueil                                              Jour suivant –>